Les dimensions de l'observatoire ont été arbitraires et ont reposé sur le fait qu'au dessus de 20m2, le nombre de documents nécessaires pour une construction augmente de façon sensible. Les dimensions étaient alors toutes trouvées : 19,90m2 ! 

Dans les faits, de petits erreurs de calculs au niveau de la charpente ont conduit à la création d'une surface d'environ 18m2 : 4m x 4,5m

Une fois les dimensions décidées, et étant donné que je souhaitais optimiser la surface de manière à pouvoir placer plusieurs montures afin chaque instrument ait des objectifs différents (photo CP, recherche automatisée d'objets, photo solaire, etc), il était nécessaire de travailler sur la position des montures au sein de l'observatoire.

Sur la base d'observatoires déjà existant, j'ai pu réaliser que laisser 1m d'amplitude autour de chaque pilier béton était amplement suffisant.

Concernant la hauteur des murs du batiment, deux écoles : 

  1. On définit la hauteur du mur en fonction de la hauteur du telescope une fois posé (schéma n°1)
  2. On définit arbitrairement la hauteur du mur, et c'est la hauteur du pied colonne qui est la variable d'ajustement afin de pouvoir profiter du maximum de visiblité (schéma n°2)

J'ai opté pour le choix n°2. La hauteur des murs est fixée à 2m50, et ce afin de limiter les tentatives d'intrusion, pouvoir poser une porte blindée à l'entrée, et faire un batiment suffisamment massif pour lui installer des systèmes de sécurité efficaces.

C'est donc bien la hauteur du pilier qui va s'adapter au setup choisi : assez haut pour un petit setup (type EQ6 + lunette), beaucoup plus bas pour un setup conséquent (type gros tube sur monture à fouche equatoriale, que j'espère acquérir dans quelques années)

Pour ne pas avoir à à détruire au marteau piqueur un des piliers béton en cas de changement de setup, j'ai imaginé un système basé tout à fait évolutif qui me permettra lors de l'achat d'un gros telescope de pouvoir lui mettre en place un pied digne de ce nom et adapté à sa taille.

 

Le système de pied colonne interchangeable repose sur un système simple : Ne pas couler le pilier béton dans le prolongement et en meme temps que le cube de béton servant de base, mais mettre en place un système se fixant (soit par boulons, soit par soudures, soit les deux?) permettant de démonter le pilier béton sans toucher au socle de 80x80x80.

Pour ce faire, j'ai imaginé un système de plaques de métal avec des mensurations bien précises permettant de fixer :

  • d'une part une plaque de 80x80 sur le bloc de béton de même taille
  • d'autre part, une plaque de 40x40

La plaque métal de 80x80 est fixée à niveau sur le bloc béton via 4 ou 6 tiges filetées, boulonnée.

La plaque métal de 40x40 est fixée à la plage de 80x80 via boulonnage de 4 tiges filetées. Sur cette même plaque sont fixées 4 tiges filetées de 20mm diam, boulonnées par le bas, qui permettent d'armer le béton (en plus du féraillage classique) et de rendre solidaire le tube PVC de 315mm à la plaque métal une fois le béton coulé.

Des photos du montage seront disponibles rapidement, et permettront de mieux se rendre compte de l'opération.

 

Quelle section pour les piliers béton ? 

Les avis sont variés chez les amateurs. Personnellement j'ai souhaité prendre des piliers de diamètre important pour limiter les vibrations lors des différentes opérations du matériel. J'ai donc trouvé sur leboncoin des tubes PVC 315mm à des prix défiant toute concurrence et ait pris un lot... donc le transport a quand meme été quelque peu sportif, vu la prise au vent.

Une partie des tubes me servira comme pilier porteur de la charpente une fois ouverte, une partie à mes piliers de telescope. Enfin le reste servira à un autre projet dans la maison dans les mois qui viennent.

315mm ? C'est bigrement confortable, et cela permet de faire passer des nombreux cables gainés au sein du pilier sans trop de problème et d'y installer des prises avant de couler le béton. Bref, le must ! 

 

Structure du pilier béton :

Là aussi, pour être tranquille, j'ai fait des plans des piliers bétons pour répondre à mes besoins avant de les construire. Pour rendre le travail le plus modulaire possible, j'ai équipé chaque pilier béton de 6 tiges filetées également réparties de manière à pouvoir installler entre chaque tige d'autres tiges filetées soutenant l'embase des différentes montures. 

Schéma de répartition des tiges filetées de 20mm de diamètre Vue d'ensemble du projet réalisé.

 

Calcul de la hauteur du pied béton :

Afin de calculer la hauteur du pilier en béton, il est nécessaire de prendre en compte de chaque setup, la hauteur minimum du toit de l'observatoire.

Tout d'abord, il est nécessaire de mesurer la hauteur entre le haut du pilier et l'axe de la monture quand celle ci est en position de parking.

Sur cet exemple, nous mesurons 70cm.

Ensuite, il est nécessaire de rajouter à cette hauteur la moitié du diamètre de votre instrument. Je vous conseille fortement de prendre une marge de sécurité de l'ordre d'une dizaine de centimètres, voire beaucoup plus si vous pensez mettre des instruments en parallèle.

 

Si vous souhaitez disposer d'un maximum de ciel disponible, il est nécessaire de mettre le telescope le plus haut possible sous la toiture.

Dans le cas d'un mur à 2m50, l'équation est simple :

  • Hauteur du pilier = 250cm - 70cm - 25cm (pour un C14) soit environ 1m25.

 

D'autre personnes font plutot le choix d'avoir un instrument à "portée des yeux", au détriment du périmètre d'observation tel que le présente le schéma ci-dessous.

En fonction de vos besoins, vous pourrez opter pour l'une ou pour l'autre des solutions proposées ci-contre.

De mon côté, prévoyant de faire 90% de CCD et 10% de visuel, l'option 1 était beaucoup plus pertinente.